Le Blues du Lundi Soir ...


Hier mon chéri a eu notre belle-soeur au téléphone, et en discutant il lui a expliqué que je dormais très mal en ce moment. En effet, depuis une semaine je dors que 4 ou 5h seulement par nuit car je me réveille et n'arrive pas à retrouver le sommeil, ou alors seulement au bout de 2-3h heures, bref pas top ! 😵 Elle lui a répondu "Ah tu vois que la grossesse ce n'est pas facile !" Une fois après avoir raccroché, il m'a demandé comment je le vivais car il n'avait pas l'impression que j'étais si mal que cela, au contraire même. Et d'un coup je me suis sentie vraiment très triste, sans le voir venir j'ai été un peu submergée d'émotions, sans comprendre vraiment ce qu'il m'arrivait. 😢 😳 Et très vite j'ai compris. Je lui ai dit qu'en réalité c'était l'une des meilleures périodes de ma vie, surtout après ces 9 dernières années très dures. J'adore être enceinte ♥️ et tous les petits tracas ne me dérangent absolument pas. Certes je dors mal, j'ai eu des nausées et le bide en vrac, mais le reste autour est tellement magique que finalement ce ne sont que des détails. Mais j'ai réalisé que ce qui me rendait si triste était la sensation d'être assez seule dans ce bonheur, sans pouvoir le partager réellement. Cela peut sembler paradoxal d'être triste alors que l'on est heureux, mais je crois que j'ai surtout pris la mesure du vide autour de nous en ce moment. Cette période est tellement particulière que chacun se retrouve confronté à fond à ses problèmes, que ce soit vis à vis du couple, du travail ou des choix de vie. J'ai l'impression d'être la seule personne de mon entourage à être à peu près bien, et j'ai un peu honte de me plaindre alors que tout le monde autour va si mal. 😥 Je me rends compte que, même si j'ai pu profiter des confinements pour être en mode "off", j'aurais aimé vivre autrement cette période si singulière et unique qu'est la grossesse. J'aurais aimé pouvoir sortir, profiter d'aller à la piscine ou à ma salle de sport, ne pas avoir peur pendant plusieurs mois de voir des amis, mais surtout pouvoir réellement partager cela avec des gens proches, le tout dans une ambiance moins morose et anxiogène que la période actuelle, bref être plus entourée. Je sais que certaines amies me lisent et j'espère sincèrement que personne ne se sent visé car ce n'est ni le cas ni le but ; je n'écris pas cela pour "culpabiliser" qui que ce soit (en plus franchement via le blog ce serait quand même super mesquin !), c'est juste la faute à pas de chance, à la conjoncture, à des directions de vies différentes, et de mon côté justement je culpabilise car il y a franchement pire ... Mais bon, on a chacun nos hauts et nos bas, à juste titre ou de façon irrationnelle, et j'ai conscience que c'est un peu cela qui se passe chez moi. #hormonesdegrossesse Ce blog est aussi fait pour cela, pour me vider la tête des états d'âmes qui peuvent m'encombrer, à tort ou à raison, et me permettre d'avancer dans mon cheminement personnel ! 🙂 Pourtant, à la réflexion je me rends compte que ce n'est pas tellement la période le problème, même si évidemment cela joue. Et je ne peux pas dire que je ne suis pas entourée, mais parmi mes amies certaines ont déjà leurs enfants depuis longtemps (plus de 10 ans), donc forcément elles ne sont plus dans cette sorte "d'euphorie" et de découverte de la grossesse ou du début de la vie à 3. D'autres en ont depuis peu, mais elles sont dans une période très difficile de leurs vies et ont clairement d'autres chats à fouetter, contrairement à moi qui me '"laisse porter" et vois un peu tout en rose (enfin en bleu lol 😅) depuis plusieurs mois d'où parfois un certain décalage. Quant à mes amies qui n'ont pas d'enfants parce qu'elle n'en veulent pas ou ne peuvent pas, j'essaie dans une certaine mesure selon les personnes d'esquiver le sujet, car pour avoir été de l'autre côté je sais à quel point cela peut être dur ou inintéressant de partager cet aspect quand on n'est pas dedans. Ce serait un peu comme si un passionné de musées te parlait de peinture alors que tu es aveugle ... 🧐 Que ce soit par choix ou par défaut, dans tous les cas c'est compliqué à appréhender quand on n'est pas dans la démarche de fonder une famille, personnellement avant d'être enceinte je n'étais ABSOLUMENT PAS intéressée par tout cela, j'avais même plutôt tendance à penser que certaines de ces nanas là en faisaient trop et ne parlaient de rien d'autres que de leur grossesse et leurs gosses ! Dit la meuf qui fait un blog sur ce sujet ... Voilà voilà .... 🙄 😆 Avant la suite je fais un petit apparté sur le concept de matrescence, popularisé en France par le podcast de Clémentine Sarlat et dont vous pouvez retrouver un super résumé pour Brut en suivant ce lien. Voici la définition tirée de son site : "La matrescence c’est la contraction des mots maternité et adolescence, pour expliquer la naissance d’une mère. C’est le processus que vit une femme au moment de devenir mère, que ce soit sur le plan physique, émotionnel, neurobiologique ou hormonal." En clair, je me sens dans une vraie "pré-matrescence", j'ai l'impression d'être "coincée" entre deux monde à l'instar des ados qui sont "mi-enfant mi-adulte".

Mais contrairement aux ados je n'ai pas de "semblable" autour de moi, je n'ai personne dans ma situation pour échanger et c'est vraiment très étrange ... 😐 Je ne suis pas seule dans les faits, mais émotionnellement j'ai vraiment l'impression d'être dans le désert 🐪 ... comme quand j'étais ado en somme ... Il y a deux semaines j'ai revu une de mes meilleures amies du lycée avec qui on avait un peu perdu le contact (elle habite à 500km, dur dur ...), elle a aujourd'hui 3 enfants et est en plus très "maman", et j'avoue que de la voir avec sa fille (Rose, pour ceux qui ont suivi le post du prénom ! 😉) et de pouvoir partager tout cela avec elle sur ces deux heures était vraiment très ressourçant ! J'avais l'impression justement d'être une pré-ado de 11 ans qui demande des conseils à sa copine de 14 lol ! 😄 Quant à ma famille, ma mère est adorable en ce moment mais on n'est pas suffisamment proches pour avoir une complicité sur ce sujet et mes tantes sont toutes très loin. Mon chéri est très pris dans ses propres problèmes personnels (sortie de burn-out, un diagnostic inattendu qui remet à plat énormément de choses, gros clash avec son père, 3ème cancer de sa maman, son jumeau et sa femme qui ont des problèmes de couple, bref la totale ... 😥), à quoi s'ajoute un gros chantier de travaux en plus du boulot. Bref même s'il est aux anges ce n'est pas quelqu'un de très expansif et c'est compliqué pour lui d'être investi émotionnellement pendant la grossesse, ce que je comprends à 200%, et malgré tout il en fait déjà énormément et que je sais que je peux compter sur lui.


Du coup je suis dans un état d'esprit très ambivalent : je suis hyper heureuse de ce qui m'arrive, je suis totalement excitée à l'idée de devenir maman, de préparer son arrivée (j'ose pas compter les heures passées sur Vinted dernièrement ...! 😅), de le voir évoluer chaque semaine via les livres et les applis, d'imaginer notre vie avec lui ; et parallèlement je me sens plutôt seule dans cette joie, c'est très bizarre de ne pas pouvoir partager cela si ce n'est de temps en temps, et c'est cela qui m'attriste. Je me rends compte que c'est dur avec cette période de garder des liens car chacun est très pris dans ses propres problèmes, et c'est NORMAL ! L'amitié comme l'amour cela se construit à deux, il y a forcément des phases où l'un va être plus à fond que l'autre, et je sais que j'ai ma part de responsabilité pour ne pas avoir assuré et été présente comme j'aurais dû ou voulu à certains moments. Je n'ai plus envie de délaisser autant les amis, mais je réalise aussi que certaines personnes que j'avais autour de moi à cette période ne sont plus forcément les bonnes aujourd'hui. Pas de leur fait, mais tout simplement parce qu'on change et que dans ces années charnières notre vision de la vie par rapport à il y a 3, 5 ou 10 ans ne correspond plus. Bref, pas si simple d'être heureuse en se sentant seule ...